Ouvrage « Traumatismes et stress post-traumatiques Approche interdisciplinaire »

L’ouvrage « Traumatismes et stress post-traumatiques Approche interdisciplinaire » que j’ai dirigé avec le Professeur Albert CICCONE aux éditions de l’Harmattan traite de la question des traumatismes, de ce qu’ils sont, à travers des définitions provenant de diverses disciplinaes, et de ce qui change selon les modalités de pensée de l’être humain. Cet ouvrage parle aussi de ce que les traumatismes et stress post-traumatiques amènent de complexe dans le lien à l’autre, à la société, au monde.

Il s’agit pour les auteurs d’amener une vision originale des traumatismes, au travers des sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie, psychologie, philosophie), des sciences cognitives, de la psychiatrie, de la psychanalyse. Comment les traiter ? Comment les patients traumatisés, civils victimes d’attentats, militaires, peuvent rester insérés ou se réinsérer dans la société ? Comment, en amenant une pensée interdisciplinaire, en croisant les champs, nous pouvons mieux prendre en charge ces patients blessés psychiques ?

Pour tout cela, les auteurs ; Axel AUGE, Célia BELROSE, Albert CICCONE, Louis CROCQ, Eric DOIDY, Michel PETERSON, Servane ROUPNEL, Dominique SZEPIELAK, Marion TROUSSELARD et moi-même avons travaillés de concert afin de permettre au lecteur de trouver des réponses théoriques et pratiques aux questionnements autour des traumatismes et des stress post-traumatiques.

Cet ouvrage a vu le jour grâce au soutien de la FNAME-OPEX et aux événements organisés par cette fédération.

Cet ouvrage est disponible sur le site de l’Harmattan

Incestuel et empiétement imagoïque adelphique chez l’enfant instable. Vers un nouveau schème de liens spécifiques

Les liens intersubjectifs sont prévalents dans toute clinique. L’étude psychanalytique du lien dans un groupe d’enfants, dont l’un présente une instabilité psychomotrice, interroge sur l’entrée en relation entre ces patients. Une illusion groupale spécifique permettrait l’entrée en lien de ces patients qui se considéreraient très rapidement comme frères ; les frères-du-groupe. Le groupe thérapeutique permettant au sujet, ici l’enfant, de rejouer ses relations d’objets spécifiques, il semble intéressant d’envisager de façon originale le lien fraternel (l’adelphie). L’incestuel adelphique, dans le groupe thérapeutique en question, semble pouvoir être mis en évidence à travers l’étude des manifestations psychiques et comportementales de l’enfant se trouvant dans le compartiment génital du claustrum. De plus, l’enfant instable psychomoteur transmettrait des éléments psychiques à travers une identification projective ou intrusive mutuelle, amenant à penser l’empiétement imagoïque adelphique.

Article disponible dans la Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe (RPPG) numéro 75 (2020) et sur CAIRN.

https://www.editions-eres.com/ouvrage/4689/faire-groupe-un-soin