Incestuel et empiétement imagoïque adelphique chez l’enfant instable. Vers un nouveau schème de liens spécifiques

Les liens intersubjectifs sont prévalents dans toute clinique. L’étude psychanalytique du lien dans un groupe d’enfants, dont l’un présente une instabilité psychomotrice, interroge sur l’entrée en relation entre ces patients. Une illusion groupale spécifique permettrait l’entrée en lien de ces patients qui se considéreraient très rapidement comme frères ; les frères-du-groupe. Le groupe thérapeutique permettant au sujet, ici l’enfant, de rejouer ses relations d’objets spécifiques, il semble intéressant d’envisager de façon originale le lien fraternel (l’adelphie). L’incestuel adelphique, dans le groupe thérapeutique en question, semble pouvoir être mis en évidence à travers l’étude des manifestations psychiques et comportementales de l’enfant se trouvant dans le compartiment génital du claustrum. De plus, l’enfant instable psychomoteur transmettrait des éléments psychiques à travers une identification projective ou intrusive mutuelle, amenant à penser l’empiétement imagoïque adelphique.

Article disponible dans la Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe (RPPG) numéro 75 (2020) et sur CAIRN.

https://www.editions-eres.com/ouvrage/4689/faire-groupe-un-soin